Elinnove, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Projets > Teneblimit

Teneblimit

Flux RSSImprimer la page

Mieux comprendre les causes des pullulations de petits ténébrions en élevage de volailles de chair, pour réduire l’utilisation des insecticides de synthèse

Le projet TENEBLIMIT vise à réduire le recours à l’utilisation des insecticides de synthèse comme outil de lutte contre les ténébrions en élevage de volailles de chair.


Contexte

Le petit ténébrion est un coléoptère d’origine africaine. Il a été décrit pour la 1re fois en France en 1977 et fait preuve d’un excellent pouvoir d’adaptation en infestant certains élevages. Les ténébrions peuvent causer de multiples problèmes : d’ordre écologique (résistance aux insecticides), économique (diminution de la résistance thermique des bâtiments, surcoûts de chauffage), sur la santé humaine (exposition aux insecticides, allergies), et sur la santé et le bien-être animal (dégradation de l’isolation du bâtiment, vecteur d’agents pathogènes).

Objectifs

Les objectifs de ce projet sont :

  • de déceler si certaines pratiques d’élevages ou de structures de bâtiments (âge, traitements utilisés, moyens de lutte) sont associées à de fortes infestations en petit ténébrion ou inversement,
  • de caractériser la résistance des populations afin d’identifier les mesures les plus appropriées pour une lutte préventive contre ce nuisible.

Etat

Ce projet est terminé.

Résultats

Les moyens de lutte :

  • Alterner les molécules chimiques afin d’éviter les résistances aux traitements insecticides. La majorité des éleveurs utilisent des traitements insecticides pour lutter contre les ténébrions. Il est recommandé d’alterner les familles de molécules utilisées pour les traitements insecticides, comme par exemple, organophosphorés et pyréthrinoïdes et au sein d’une même famille, de changer de produits. Il est également conseillé de bien respecter les préconisations d’emplois des traitements et de ne pas sous-doser le produit, sous risque de voir apparaître des résistances aux molécules utilisées.

Les caractéristiques des bâtiments jouent sur l’infestation : plusieurs leviers d’action sont possibles :

  • Réduire les possibilités des sites d’hivernage avec du sol bétonné
  • Désinsectiser le plus rapidement possible après le départ du lot
  • Gérer la litière de façon optimum pour éviter la fermentation, l’utilisation de copeaux et de cosses de sarrasin pour le primo-paillage est corrélée à une moindre infestation en petits ténébrions, ces matières étant moins fermentescibles.